Côte d’Ivoire:2020 | l’ami de Macron, Alexandre Benalla, conseiller de Guillaume Soro

0
346

L’ancien responsable de la sécurité de l’Elysée, Alexandre Benalla, le 26 février 2019, remis en liberté provisoire après une semaine de prison pour avoir prétendument violé les conditions de sa libération sous caution. 

La visite officielle du président Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire a été suivie de près par Alexandre Benalla. Pendant que le chef d’Etat français rencontre son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, et visite des soldats français, l’ancien chargé de mission à l’Elysée s’active de Paris. Selon les informations du Monde, M. Benalla joue aujourd’hui le rôle de conseiller officieux de Guillaume Soro, 47 ans, ancien chef rebelle puis premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale désormais candidat à l’élection présidentielle ivoirienne de 2020.
Reconverti dans le conseil, M. Benalla aide son « ami » Soro à préparer son arrivée à Abidjan, ville qu’il a quittée il y a six mois. Ce retour était prévu le dimanche 22 décembre, dernier jour de la visite de M. Macron dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Mais n’ayant pas obtenu l’autorisation d’atterrir, il l’a finalement reporté d’une journée.
« Soro, c’est mon pote »
« Soro, c’est mon pote depuis longtemps. Je l’ai rencontré en 2015 au moment de la COP21 à Paris. On se voit chaque fois qu’on le peut. On discute, mais je ne suis pas son conseiller. Il est assez expérimenté comme ça et il a ses équipes », explique M. Benalla, qui avait facilité la venue de l’homme politique à la convention de La République en marche (LRM) en juillet 2017. « Ouattara est aussi déclinant que les réseaux français qui le soutiennent et il sent bien que Soro est un danger politique. Il va faire campagne et doit montrer qu’il est un homme du peuple », ajoute Benalla, jouant à l’analyste désormais très critique de la politique africaine de la France et fulminant contre le conseiller Afrique du président Macron.
Entre Genève et Dubaï, c’est une autre connaissance d’Alexandre Benalla qui se mobilise. Pascale Jeannin-Perez redoute, elle, et anticipe une éventuelle arrestation de Guillaume Soro – dont le rôle présumé dans la tentative de coup d’Etat vainement mené au Burkina Faso, en 2015, continue de menacer son destin politique. Femme d’affaires œuvrant dans les secteurs de l’énergie et des déchets, cette proche des réseaux sarkozystes avait notamment prêté l’un de ses appartements parisiens à Alexandre Benalla pour qu’il y loge son épouse et son bébé au moment où a éclaté l’affaire révélée par Le Monde.
A Genève ou à Paris, elle s’entretient régulièrement avec M. Soro, rencontré par le biais du footballeur devenu président du Liberia, George Weah. Elle ne le conseille pas officiellement pour l’instant mais l’aide notamment sur le plan judiciaire et stratégique.