🔮 CÔTE D’IVOIRE | Port de pĂȘche : L’italienne AIRONE veut elle contrĂŽler le « thon garba »?

De curieuses affirmations de l'entreprise italienne AIRON tendent Ă  faire croire Ă  l'opinion publique nationale qu'il y aurait pĂ©nurie de poisson thon en CĂŽte d'Ivoire, ce que dĂ©ment la rĂ©alitĂ© sur place au port de pĂȘche d'Abidjan.

0
342

ENQUÊTE | Un faux procĂšs fait au port de pĂȘche d’Abidjan, tendant Ă  faire croire au gouvernement ainsi qu’Ă  l’opinion publique nationale et internationale qu’il y aurait une soit distante pĂ©nurie de poisson thon, secoue durement la filiĂšre depuis plusieurs semaines. De quoi est il question ?

« Nous avons actuellement un sĂ©rieux problĂšme concernant le marchĂ© dit du faux-thon. Lorsque les grands thoniers entrent dans le port, ils dĂ©clarent dĂ©tenir une part de poisson destinĂ©e Ă  l’exportation et une part pouvant ĂȘtre allouĂ©e au marchĂ© local.

Le prix de la partie du thon destinĂ©e Ă  l’exportation, transformĂ© localement Ă  la conserverie industrielle, est basĂ© sur le marchĂ© international. Nous avons rencontrĂ© rĂ©cemment de fortes spĂ©culations sur le prix du faux-thon qui a dĂ©passĂ© le prix du marchĂ© international, crĂ©ant des dommages directs Ă  l’approvisionnement d’AIRONE « , explique Dr Sergio Tommasini, PrĂ©sident Directeur GĂ©nĂ©ral d’Airone.

Pour en savoir d’avantage sur ces affirmations prĂȘtĂ©es au patron de l’entreprise italienne par Abidjan.net, notre Ă©quipe de reportage s’est transportĂ©e hier sur le pĂ©rimĂštre trĂšs prisĂ© du port de pĂȘche d’Abidjan, occasion d’une recoupe plus rationnelle et authentique de l’information.

À notre arrivĂ©e, nous sommes Ă©tonnĂ©s de voir entreposĂ©s sur la terre ferme, de nombreux containers dont on dĂ©clare bondĂ©s de poissons thon. De nombreux opĂ©rateurs et armateurs trouvĂ©s sur place, confirmeront cette rĂ©alitĂ©.

« Les explications du premier responsable de AIRONE sont erronĂ©es et mĂȘme insensĂ©es. La rĂ©alitĂ© est toute autre. Demandez leur, ils vous rĂ©pondront avoir certainement un soucis particulier ou peut-ĂȘtre un projet caché », dixit trĂšs remontĂ© un opĂ©rateur particuliĂšrement hors de contrĂŽle.

« Nous recevons tous les jours, une floraison de bateaux de pĂȘche. Ils sont français, espagnols, chinois, corĂ©ens et mĂȘmes ghanĂ©ens. Comment peut on Ă  cette allure se permettre d’affirmer qu’il y a pĂ©nurie de poissons thon. C’est archi faux! » , renchĂ©ri un autre qui dit par ailleurs s’interroger sur les motivations d’une si abominable campagne d’intoxication et de spĂ©culations. Pour ce dernier, les affirmations de la direction de AIRONE auront pour consĂ©quences de salir la filiĂšre, jetant indiscutablement l’opprobre sur les efforts du gouvernement qui se bat comme il peut pour maintenir la rĂ©putation ivoirienne d’ĂȘtre une destination incontournable de ce produit halieutique..

Comment comprendre alors les raisons fondamentales d’une pareille spĂ©culation, dĂšs lors que cette entreprise est prĂ©sentĂ©e comme bĂ©nĂ©ficiaire de certaines largesses de l’État ivoirien, notamment en matiĂšre d’allĂšgements fiscaux. Est ce parce qu’ils doivent des ardoises aux armateurs ou tout simplement une opĂ©ration de distraction qui viserait Ă  contrĂŽler le marchĂ© local? Pourquoi leurs confrĂšres de SCODI et PÊCHE ET FROID ne se plaignent t-il pas alors qu’ils prospĂšrent dans le mĂȘme domaine? La suite de nos investigations nous situera. 🇹🇼