Média | Les Journalistes africains s’organisent!

1
529
Le logo officiel ®
AFRIQUE | La nouvelle est tombée! Celle-ci est une véritable révolution! La presse africaine se veut désormais unie et fraternelle. Qu’elle soit anglophone, francophone, lusophone, portugaise, swahili, wolof ou ahoussa, l’objectif est de rallier toutes les énergies, toutes les intelligences, toutes les forces, pour fonder, ensemble, une alliance fraternelle, professionnelle, puissante et incontournable, dont la voix devrait pouvoir se transporter au delà des frontières du continent, rivaliser avec ses consœurs, citées en volume et en qualité dans plusieurs autres régions du monde.

Intitulée Union des Journalistes de la Presse Libre Africaine, en abrégé [UJPLA], les acteurs de la profession comptent associer la direction de l’Union africaine ainsi que tous ses démembrements techniques, pour emmener les gouvernements du continent à s’approprier enfin l’idée d’une presse africaine forte et respectée à tous égards, nonobstant plusieurs échecs consécutifs à des facteurs liés essentiellement à une mauvaise appréciation.

Les journalistes africains ont décidé d’appliquer au continent, une figure géométriquement ordonnée, disciplinée, arrogante, voir suffisante, qui trahit tous ces vieux clichés tendant à faire croire qu’il n’a pas sa place, là où certains doivent décider de l’avenir de la planète.

C’est un réveil inédit d’une corporation qui a longtemps vacillée et dont les élites hésitaient jusque là à lui prêter la moindre attention. Les initiateurs sont à pieds d’oeuvre, histoire d’ajuster les derniers réglages administratifs, pour son officialisation très prochaine. L’heure est aux réflexions, le temps de décider du nom du pays qui devrait pouvoir abriter le bureau central, de la date de sa présentation aux journalistes et dirigeants, ainsi que des conditions réelles de sont fonctionnement, en liaison avec les gouvernements locaux. Une délégation séjourne à Abidjan depuis dimanche, dont la mission est de regarder dans les textes ivoiriens pour apprécier théoriquement sa pertinence dans le domaine des médias et des associations.

Pour y adhérer, les textes exigent du journaliste, qu’il soit reconnu par son pays comme professionnel, doublé d’une expérience minimale de vingt [20] ans, que celui-ci devra justifier par la présentation d’une preuve authentique et vérifiable. Des textes relativement draconiens, que les initiateurs devront s’atteler à reconsidérer.

Touré Vakaba