đŸŸ„ CÔTE D’IVOIRE | CONTENTIEUX : 112 entreprises rĂ©clament plus de 10 milliards FCFA au District Autonome d’Abidjan !

Alors que le pays se vante d'ĂȘtre en avance sur de nombreuses questions liĂ©es Ă  la bonne gouvernance, ce contentieux risquerait de faire grand bruit dans les jours et semaines Ă  venir, si rien n'est fait effectivement pour soulager les entreprises en souffrance.

0
712

Par AGM NEWS

21 mars 2022 | Les faits remontent au premier trimestre 2015. C’est dans le cadre d’un vaste projet de dĂ©veloppement, dont notamment l’électrification de nombreux villages relevant du district Autonome d’Abidjan, qu’il a plu Ă  cette institution de s’attacher les services de 112 entreprises, en vue de doter les localitĂ©s concernĂ©es, d’éclairage public. Les termes du contrat acceptĂ©s par les parties, les travaux dĂ©marrent, sous le regard et la surveillance intimidants du Bureau national d’études technique et de dĂ©veloppement (BNETD).


Alors que l’ensemble des travaux ont dĂ©marrĂ© depuis 2015 pour s’arrĂȘter fin 2021, plusieurs chefs d’entreprise indiquent n’avoir pas perçu la totalitĂ© des virements attendus Ă  ce jour.
Pour en savoir d’avantage sur ce qui est en passe de devenir un fait divers, au centre duquel le District Autonome d’Abidjan (DAA), reste l’accusĂ© majeur, les « victimes » vont recourir Ă  plusieurs voies de dĂ©marches, afin d’obtenir un paiement concret de la part du gouvernorat d’Abidjan.

C’est d’ailleurs en vain, qu’il tenteront de rencontrer le dĂ©putĂ©, ministre gouverneur, Robert Beugre Mambe
« Au dĂ©part (
), affirment certains, la sociĂ©tĂ© PFO-Afrique avait Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e comme celle qui devrait payer les prestations », que nenni ! rappelle Lavinon D. Eric, Ă©galement chef d’une entreprise qui attend sa paie depuis des annĂ©es.


« Mes amis et moi sommes rĂ©guliĂšrement traquĂ©s par nos fournisseurs dont notamment les banques qui nous ont permis de dĂ©marrer ces opĂ©rations. Nous supplions Monsieur le gouverneur Ă  s’y impliquer personnellement. Les ouvrages ont tous ou presque Ă©tĂ© entiĂšrement livrĂ©s. », conclut il, entre deux sanglots.
Jusqu’à ce stade, la direction du district reste vraisemblablement sourde face aux lamentations de ces victimes dont les rĂ©clamations essentielles sont Ă©valuĂ©es Ă  plus de 10 milliards FCFA.


Organisés en collectif, ils vont adresser au chef du Gouvernement, JérÎme Achi Patrick, une correspondance qui rappelle les faits et décrit élogieusement leurs interminables tortures morales à ce propos.
Les services du premier ministre parachutent le courrier qui se retrouve sur le bureau du Gouverneur.


Des Ă©changes se tiendront alors en dĂ©but de journĂ©e du vendredi 18 mars 2022, au siĂšge du gouvernorat logĂ© au centre du quartier d’affaires du Plateau.
Étaient prĂ©sents, les prestataires de services, ainsi que des collaborateurs du gouverneur, dont notamment, les nommĂ©s Yeo Kolotieloma, Seka Guia Lazare, Baba Coulibaly, Kouadio Paul, respectivement vice-gouverneur, directeur de cabinet, directeur de la communication, et chargĂ© d’études. Ajouter Ă  cette belle liste, le chargĂ© de mission du gouverneur.


Au terme de cette concertation, les entrepreneurs racontent Ă  nouveau, n’avoir rien retenu. En claire, les responsables prĂ©sents au nom du district d’Abidjan, n’ont nullement pas affichĂ© leur volontĂ© rĂ©elle de fournir concrĂštement une date prĂ©cise pour les virements. Ils se seraient par ailleurs retirĂ©s, ignorant de signer le procĂšs verbal, Ă©lĂ©ment clĂ© qui sanctionne pourtant la concertation.
Aux derniĂšres nouvelles, il serait nĂ© au sein mĂȘme des « victimes », une curieuse dissension menĂ©e par un des leurs, dans « l’unique but de distraire, voir de dĂ©tourner les attentions », rappellent certains.


De nombreux observateurs doutent que ce ne soit une manƓuvre du gouvernorat, dans l’unique intention de crĂ©er conflit et dĂ©sordre en leur sein, afin de payer certains et ignorer d’autres. Vrai ou Faux, c’est du moins la preuve d’un dĂ©ficit de confiance entre les parties.
NommĂ© par dĂ©cret prĂ©sidentiel, Gouverneur du District Autonome d’Abidjan le 04 mai 2011, puis ministre gouverneur dans la foulĂ©e, Robert Beugre Mambe reste un personnage respectĂ© dont la grande probitĂ© n’a jamais Ă©tĂ© portĂ©e Ă  Ă©preuve. Vivement une solution. đŸŸ„

Toute reproduction mĂȘme partielle sans l’avis de l’auteur interdite