🛑 CÔTE D’IVOIRE Samba Cheikh Tidiane veut reloger Lakiss Amad Ibrahim au trou !

0
240

Par TOURÉ VAKABA | Samba Cheikh Tidiane, exploitant forestier, par ailleurs prĂ©sident du syndicat national des professionnels du bois et premier vice-prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration des exploitants forestiers de CĂŽte d’Ivoire, se dit prĂȘt Ă  saisir le parquet du tribunal de premiĂšre instance d’Abidjan, pour dit-il dĂ©noncer les agissements d’un homme d’affaires qui rĂ©pond en l’appellation asiatique de Lakiss Amad Ibrahim, ivoiro libanais, bien connu dans cette activitĂ© liĂ©e Ă  l’exploitation du bois. C’était jeudi, Ă  l’occasion d’une rencontre avec la presse.

« Le nommĂ© Lakiss Amad Ibrahim, alors qu’il travaillait pour la sociĂ©tĂ© Tropical bois, s’est permis de voler mon marteau, logĂ© sous le couvert de Grand-lahou. Sans perdre de temps, je m’étais adressĂ© Ă  l’époque au directeur de la production et des industries forestiĂšres qui avait rĂ©pondu ne rien savoir des faits. Je confirme que c’est durant son sĂ©jour Ă  la sociĂ©tĂ© Tropical bois qu’il a eu Ă  subtiliser le marteau HLC des documents classĂ©s.
Qu’il me restitue mon marteau dont il a usĂ© du Faux pour s’en approprier et qu’il ne cesse d’utiliser impunĂ©ment, au mĂ©pris de la justice qu’il affirme ĂȘtre Ă  ses ordres.
Imaginez-vous que ce monsieur qui se pavane partout, se rĂ©clamant conseiller du ministre des eaux et forĂȘts, louĂ© des vĂ©hicules bĂąchers, se fait assister des agents des eaux et forĂȘts et s’autorise, Ă  ce titre, Ă  faire des saisies illigales. La cerise sur le gĂąteau, Il passe de scierie en scierie, prendre de l’argent avec la qualitĂ© de « membre de cabinet du ministre des eaux et forĂȘts. C’est un scandale qui est inacceptable.
C’est ce qu’il croit, mais ce que je sais, c’est qu’il y a une justice en CĂŽte d’Ivoire auquel je fais entiĂšrement confiance.
Je porte plainte et Ă  ce jour, je lui rĂ©clame entre 500 et 800 millions de FCFA, Ă  titre de dommages et intĂ©rĂȘts.»
Dans un soucis d’équilibre d’information, nous espĂ©rons pouvoir recueillir la rĂ©action du sieur Lakiss Amad Ibrahim, qui, de sources concordantes, reviendrait d’un long sĂ©jour passe en la maison d’arrĂȘt et de correction de Yopougon, semble t-il pour des faits similaires.