🇮🇪 EXCLUFIF | Électrification : De nombreuses entreprises rĂ©clament plus de 10 milliards au District d’Abidjan !

Loin de faire honneur au gouvernement et au président de la République, ce honteux contentieux qui dure étrangement depuis plusieurs années, pourrait faire très mal à la Côte d'Ivoire.

0
282

22 mars 2022 | « A fin 2021, le PRONER a permis l’électrification de plus 4 750 localités portant le nombre de villes et villages électrifiés à 7 575, tandis que le PEPT, lui, a permis de réaliser plus de 1,2 million de branchements, faisant passer le nombre de foyers ayant accès à l’électricité en Côte d’Ivoire à plus de 3 millions »,
avait martelé le chef du gouvernement ivoirien, Jérôme Achi Patrick, le 25 février 2022 à Yamoussoukro.

Le premier ministre était revenu sur les acquis du programme national d’électrification rurale (PRUNER), lancé en 2014, occasion de dresser un bilan à mi parcours des opérations d’électrification en cours dans les Villages et hameaux, notamment dans le cadre d’un programme similaire intitulé « électricité pour tous » (PEPT). De millions d’ivoiriens continuent d’en être par ailleurs bénéficiaires en deboursant uniquement la symbolique somme de 1000 f.cfa, sur un montant total de 150.000 f.cfa, répartis en terme de remboursement sur une période de 10 ans.


« Pourquoi devrait il avoir des entreprises qui ont aidé à réussir une telle opération, soient encore en attente d’un paiement intégral », s’interroge ND, membre de la société civile ivoirienne.


« Nous iront au contact de cet important dossier, espérant pouvoir obtenir des résultats à mesure de soulager ces entreprises (…) » conclut-il.
« Nous ne demandons rien d’autre, en dehors de ce que le District Autonome d’Abidjan reste nous devoir, eu égard aux termes du marché, notamment, de ce qu’ils nous exigeait comme ponctualité et professionnalisme (…) », rappelle Lavinon D. Éric, chef d’entreprise.
Au bureau de la primature, de hauts fonctionnaires confient suivre ce honteux dossier avec un intérêt particulièrement relatif.

Toute reproduction ou imitation, mĂŞme partielle, sans l’avis de l’auteur, interdite